La société malade de l'hyperconsommation Philippe MOATI

Résumé

Et si le désir effréné de consommer ne pouvait étancher notre soif d'idéal ? Dans sa quête infinie de débouchés, le capitalisme a étendu la sphère marchande jusqu'aux affects et aux besoins humains, laissant la voie libre à l'« hyperconsommation ». Efficacement relayée par les industries culturelles, celle-ci assure la promotion des valeurs matérialistes à l'exclusion des autres. Remplissant ainsi le vide qu'elle a créé, l'hyperconsommation s'impose comme le dispositif central de la construction identitaire. Analysant finement les divers mécanismes de l'hyperconsommation, Philippe Moati montre en quoi ils minent le lien social et fragilisent les personnes, créant un appel d'air pour un retour en force des fondamentalismes de toute nature. Il propose des voies de sortie, qui n'excluent pas la consommation mais la remettent à sa place, dans un projet de refondation de la modernité au service de l'homme, du « vivre-ensemble » et dans le respect de la nature. Philippe Moati est professeur d'économie à l'université Paris-Diderot et cofondateur de l'Observatoire Société et Consommation (ObSoCo). Il a notamment publié L'Avenir de la grande distribution et La Nouvelle Révolution commerciale.

Auteur :
Moati, Philippe
Éditeur :
France, Odile Jacob,
Genre :
Essai
Langue :
français.
Description du livre original :
256 pages
ISBN :
9782738160577.
Domaine public :
Non
Téléchargement du livre au format PDF pour « La société malade de l'hyperconsommation »

Table des matières

  • Mentions légales
  • Dédicace
  • Avant-propos
  • Introduction
  • CHAPITRE 1 - La consommation, méta-valeur de la société
    • L’évolution du pouvoir d’achat en tête des préoccupations des Français
      • Du pouvoir au vouloir d’achat
      • Toutes les classes sociales touchées
      • Souffler en continu sur les braises du désir d’acheter
      • La publicité véhicule des valeurs matérialistes
      • L’e-commerce vingt-quatre heures sur vingt-quatre
      • Un processus d’achat "expérientiel"
      • Une offre omniprésente
      • La "shazamisation" du commerce
      • Le développement d’un marketing "scientifique"
    • L’expansion continue de la sphère marchande
      • La colonisation de l’espace des besoins
      • La marchandisation des affects
      • Et maintenant, la marchandisation de soi
      • La consommation collaborative : le dernier épisode de la marchandisation ?
      • Les adeptes de la consommation collaborative : des hyperconsommateurs
      • La marchandisation des relations interpersonnelles
      • L’explosion économique des plateformes
      • L’uberisation des travailleurs
      • Le règne de l’évaluation
    • Conclusion : l’avènement d’une société de consommateurs
  • CHAPITRE 2 - Le pouvoir de consommer
    • Le ralentissement tendanciel de la croissance du pouvoir d’achat
    • Des dynamiques contrastées selon les catégories de ménages
    • Des inégalités en croissance
      • Les limites de cette dynamique : le cas américain
      • La pauvreté s’étend avec le chômage et le travail précaire
    • Peu de raisons d’espérer
      • Une croissance qui ralentit
      • La limite environnementale
      • Le rôle de la démographie
    • Apprendre à gérer la contrainte
      • Les restrictions
      • Les arbitrages
      • Les comportements d’achat malin
      • L’exploration d’autres manières de consommer
    • Conclusion
  • CHAPITRE 3 - La consommation pour le meilleur et pour le pire
    • Ce que nous enseigne l’économie du bonheur
      • Consommer plus ne rend pas nécessairement plus heureux
      • Les raisons du paradoxe d’Easterlin
      • Les clés du bonheur !
    • Toutes les consommations ne se valent pas
      • La consommation ostentatoire
      • De l’intérêt pour la nouveauté aux excès de l’obsolescence programmée
      • Consommation matérielle/expérientielle
      • Confort versus plaisir
    • De la société du spectacle à la captation du temps de cerveau
      • Le règne de la télévision
      • La diffusion de la pratique des jeux vidéo
      • Internet nous rend-il bêtes ?
  • CHAPITRE 4 - Peut-on n’être que consommateur ?
    • L’hyperindividualisme
    • La consommation comme agent de l’individualisation
      • De la production de variété au sur-mesure de masse
      • La personnalisation de la relation marchande
      • La consommation comme élément du processus de construction identitaire
      • La difficulté d’être soi
      • À la recherche du sens perdu
    • Conclusion
  • CHAPITRE 5 - La crise du lien social
    • Les indices de la crise
      • Vers une sociabilité élective
    • Le règne de l’entre-soi
    • Seuls ensemble ?
    • Une dynamique nourrie par l’hyperconsommation
    • La fin de la société ?
      • Les risques de décomposition
  • CHAPITRE 6 - Les voies de sortie
    • Renouer avec des utopies désirables
    • La décroissance et la sobriété joyeuse
      • L’ère de la participation et de la collaboration
      • Du scientisme au posthumanisme
      • Le devoir de réussir une alchimie complexe
    • Vers un nouveau modèle de consommation
      • De nouvelles attitudes à l’égard de la consommation
      • L’évolution des stratégies des acteurs de l’offre
      • Un accompagnement nécessaire
  • Conclusion
  • DU MÊME AUTEUR CHEZ ODILE JACOB

Commentaires

Laisser un commentaire sur ce livre